développe ton propre business en ligne, en partant de zéro

Stories et tunnels de vente ? Quel est le rapport ?


Les tunnels de vente, tu connais sûrement. En gros, c’est comme un entonnoir. En anglais, entonnoir se dit « funnel ». La traduction de funnel en tunnel est très approximative…
Il s’agit d’amener ton prospect vers la vente de ton produit, tes services, en lui faisant traverser des étapes. Pas à pas, il va en savoir plus et tu déclencheras son envie d’acheter. Tu en as déjà vu partout, j’en suis sûre.


Le tunnel


La première page te demande tes coordonnées, puis on te remercie et on te propose une offre imbattable. Il peut y avoir ensuite des pages qui te proposent des produits complémentaires. À chaque étape, on « perd » les prospects les moins intéressés. Ce qui fait que ceux qui restent jusqu’à la fin sont vraiment qualifiés.


Le problème, c’est qu’il faut l’installer, ce tunnel de vente. Il faut te former, ça te fait des compétences supplémentaires à acquérir. Pour ma part, j’utilise Système.io. Je le trouve extrêmement simple, fiable et il est en français. Mais il faut quand même investir un peu de temps pour la prise en main.


L’alternative ?


Pour construire un tunnel de vente, il y a un outil encore bien plus simple que ces plateformes de web marketing. Un outil que tu utilises peut-être déjà tous les jours.
Il s’agit des stories, dans Facebook, dans Instagram.


Si, si, je t’assure, les stories.


Quelques séries de stories bien construites peuvent aisément remplacer un tunnel de vente construit sur Systeme.io.
Du moins pour de petites actions ponctuelles.
Comment des stories peuvent faire ça ?
C’est en fait assez simple.


En planifiant 3 ou 4 séries de stories, réparties sur 3 ou 4 jours, tu amènes ta communauté à découvrir un de tes produits ou ton opportunité.
Mais attention : ne fais pas ça n’importe comment, en publiant des photos de tes produits ou en prônant simplement que ta société est la meilleure. Sois plus malin que ça !


Chaque jour, tu dois monter en puissance. C’est un crescendo.
Par exemple, le premier jour, tu fais juste un petit teaser de ce que tu vas mettre dans tes stories les jours suivants. L’idée est d’éveiller la curiosité.
Imagine que tu veux vendre tes produits de perte de poids.

Structure ta séquence


Le premier jour, ta série de stories (3 ou 4 suffisent) doit amener le sujet en douceur.
1. Une photo de la plage. Texte : c’est bientôt les vacances.
2. Une photo d’un ventre bedonnant. Texte : mais toi, tu redoutes de mettre ton maillot
3. Une photo de toi avec un appel à l’action. Texte : ne rate pas ma story de demain, car j’ai une solution pour toi.


Le deuxième jour, tu enchaînes avec 3 ou 4 stories qui détaillent les avantages de ton produit, par rapport à celui des concurrents.
Pas la peine de donner tous les ingrédients de ton produit. Tout le monde s’en moque. Contente-toi de lister et illustrer les avantages et les bienfaits qu’il procure.
Termine ce deuxième jour par un appel à l’action. Texte : « Retrouve-moi demain pour en savoir encore plus. »


Troisième jour : 3 ou 4 témoignages de clients. En vidéo ou par des captures d’écran de leurs commentaires.
Ultime appel à l’action : « Ne manque pas ma story de demain, j’ai une surprise pour toi. »


Enfin, le 4ᵉ jour seulement, tu proposes ton produit.
Évidemment, sans le citer !
Il ne faudrait pas que les gens aillent le chercher sur Internet et l’acheter sans passer par toi, on est d’accord ?
Ultime appel à l’action : « contacte-moi par Messenger si tu veux être à l’aise dans ton maillot. »


Oui, mais…


Et si les gens ne te contactent pas ?
Bon, il faut être honnête, la majorité des gens sont passifs sur les réseaux sociaux. Genre : je scrolle mon Facebook en regardant ma série sur Netflix…
Il faudra aller les chercher.

Force un peu le destin.


Mais retiens bien ceci : imagine que quelqu’un a suivi toutes tes stories durant 4 jours (note chaque jour les noms de celles et ceux qui te suivent pour mieux les repérer).
Tu crois que s’il ou elle n’avait aucun intérêt pour ce que tu publies, il aurait regardé toutes tes séries de stories ? En entier ?
Une personne qui a parcouru durant 4 jours tes tunnels de vente construits grâce à tes stories n’est plus vraiment un inconnu. Tu sais, en tout cas, que ce que tu publies l’a intrigué.


Tu es tout à fait légitime de le contacter par Messenger pour savoir ce qui l’a intéressé dans tes publications. Plus un prospect aura suivi tes stories, plus il sera déjà qualifié pour passer à l’achat. Parce qu’il aura l’impression de mieux te connaître, il aura confiance. C’est tout naturel.
Et qualifier les prospects, c’est bien un des buts d’un tunnel de vente, non ?

Alors, Stories ou Tunnels de vente ?

Tu es libre, Évidemment. . C’est à toi de choisir… Les deux se valent, s’ils permettent de qualifier tes prospects. C’est juste à toi de sentir avec lequel tu es le plus à l’aise. Si tu as plus de plaisir, ce sera plus facile… Sachant que les stories sont plus faciles à mettre en place.


Il s’agit vraiment d’un outil très puissant. Et mal utilisé par la plupart des distributeurs. C’est peut-être l’occasion de te démarquer.


Maintenant que tu sais comment t’y prendre, à toi de jouer !


Et si tu n’aimes pas la prospection directe : quel que soit ton marché, tu es peut-être en manque de prospects. Et qui dit « pas de prospects », dit « pas de clients ». Aïe !

Sam et Sandra Sierro ont mis au point une formation, pour faire du Marketing d’Attraction. Accueille les gens qui viennent vers toi, plutôt que de les poursuivre assidûment…


Reste curieux !

Si cet article t’a plu, merci de le commenter, de le partager…

Je te rappelle mon défi TikTok : une vidéo par jour, pendant 30 jours. Si tu veux jeter un coup d’œil, c’est par ici

Vous pourriez également aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code